Les maths et le tarab andaloussi marocain rythment son quotidien !

L’artiste de cette édition s’appelle Fatima-Ezzahra Bouzoubaa. Étudiante en management et gestion des entreprises, ambitieuse et sérieuse, elle tient en éveil son esprit par les maths et par le tarab andaloussi marocain. Raisonner et chanter c’est bien la combinaison rare des grands artistes accomplis. Gracieuse de par sa voix raisonnante, Fatima-Ezzahra enchante les lieux où elle répète et s’entraine avec des poèmes empruntés de ‘ Dar Al Alla’ et / ou repris sur YouTube.

Dar Al Alla, un lieu d’art et d’apprentissage…

L’année dernière, elle a rejoins le musée, situé au coeur du quartier houbous, connu et reconnu comme endroit agréable où les artistes amateurs, passionnés et professionnels se rassemblent pour le plaisir de préserver et de perdurer cet héritage hors de prix de la musique anadalouse et malhoune marocain. En une année de passion et sans voir le temps passé, notre artiste a beaucoup appris. Le lecteur peut apprécier sa voix dont la puissance et la raisonnance ne laissent personne indifférent.

 
Encouragée et soutenue par son papa, ses soeurs et sa maman.

Avec cette voix angélique, elle rend hommage à sa maman. Le contenu de ce poème n’est que l’incarnation de la grâce qu’elle a reçue, la reconnaissance sonne comme une évidence. Forte, fidèle et spontanée, comme elle préfère se décrire elle-même, notre jeune artiste reste tout de même méfiante et appréhende son coté spontané face à des personnes de plus en plus de mauvaise foi et qui interprètent tout négativement à la moindre occasion.

Passionnée, je ne compte pas mes heures de répétition…

Son esprit carré et cartésien n’accepte ni la bassesse des uns ni le vice des autres. Fatima-Ezzahra s’accomplie autrement par le chant et la musique. Elle ne compte pas ses heures de répétition, son envie d’apprendre est permanente. Le travail sérieux mène aux bons résultats. Elle a tout à fait raison d’aspirer à un avenir artistique promettant, tels que ses idôles : la Diva Sanaa Marahati, Haj Bouzoubaa, Said Belcadi. De son coté, elle arrivera un jour avec sa voix et son style à susciter la frénésie dans le public.

La relève est assurée. Fatime-Ezzahra pose sa voix et impose son style. Bravo l’artiste

Spontanée et naturelle avec ses amies, élégante et confiante face à la caméra, l’artiste met également en avant sa passion pour les mathématiques. Elle forge ainsi le portait d’une artiste intelligente et prometteuse dont la passion pour les maths et le chant se complètent naturellement et en toute cohérence. Vous trouverez sans doute les mêmes qualités chez les grands artistes qui ont marqué l’art et gravé les scènes artistiques.

On disait Zohra Al Fassia, on dira désormais Fatima – Ezzahra Al Casaouia

L’histoire mémorise remarquablement le nom de Zohra Al Fassia, née à Séfrou en 1905, et sa contribution au registre de styles multiples : Malhoune ( chansons composées de longues strophes en dialecte marocain), Gharnati, Chaâbi, Houzi.. La relève a été assurée par d’autres chanteuses talentueuses et sera encore assurée par Fatima – Ezzahra pour sa génération. Elle fait en sorte de donner une bonne image d’artiste qui se respecte et de garder une bonne réputation gravée dans le marbre comme elle l’espère elle-même. Face à son profile, son art et son intelligence on a déjà envie de garder son amitié à vie. D’ailleurs, l’artiste considère l’amitié parmi les liens les plus forts qui renforcent la motivation et donnent des ailes pour exceller et s’élever très haut comme un aigle.

Bien artistiquement